Agir pour les océans, les solutions

Comment débarrasser les océans du plastique ?

Le projet Ocean Cleanup vise à prendre une bouchée de plastique océanique. La fondation néerlandaise a annoncé que son dernier plan de nettoyage sera déployé dans le Great Pacific Garbage Patch au début de 2018, soit deux ans plus tôt que prévu. Le fondateur d’Ocean Cleanup, Boyan Slat, âgé de 22 ans, a déclaré qu’une « percée technologique » a rendu le projet plus économique et plus efficace que prévu.

Selon les estimations initiales, 42 % des déchets du Great Pacific Garbage Patch seraient enlevés sur une période de 10 ans, au coût de 320 millions de dollars. Siat suggère maintenant que 50 % des ordures peuvent être enlevées en cinq ans à un coût « considérablement inférieur » à celui des 320 millions de dollars d’origine. Slat a déjà recueilli plus de 20 millions de dollars qui lui ont permis de déployer des prototypes dans la mer du Nord. La conception originale prévoyait une gigantesque flèche flottante, d’une longueur de 60 kilomètres. Cette conception a maintenant été remplacée par de multiples petites unités mieux en mesure de résister aux rigueurs de l’exposition aux tempêtes et aux courants océaniques. Voir notre article précédent sur le projet de nettoyage de l’océan : The Great Pacific Garbage Patch : Taking Out the Trash.

Un organisme nuisible apporte potentiellement une solution au problème de pollution plastique.

Une minuscule chenille pourrait nous aider à dépolluer l’océan. Les chenilles de la grande teigne de la cire semblent avoir un appétit pour le plastique, en particulier le polyéthylène qui est utilisé dans des billions de sacs en plastique, dans le monde entier. Le polyéthylène est un produit qui est presque impossible à biodégrader et une fois dans l’océan est un piège mortel pour les oiseaux de mer et les mammifères marins.

« Sans l’océan, nous sommes sans passer et, sans protéger, nous nous privons d’avenir. »